12 avril 2012 : l’ACI accueille Diaconia !

Jeudi 12 avril, le groupe de travail « Place et parole des pauvres » s’est réuni dans les locaux de L’ACI pour une réunion de travail d’une journée sur le thème « L’essentiel c’est quoi pour nous ?».


« Place et parole des pauvres » est l’un des sept groupes de travail en lien direct avec le comité de pilotage de Diaconia 2013. 

 

Ce groupe est constitué de 12 personnes dont 6 ont connu ou connaissent des situations de grandes difficultés.

 

Ce sont les personnes de ce groupe qui ont produit la prière « Donne-moi ton regard » que l’on trouve en p. 6 du « Prions en Eglise » numéro spécial Diaconia 2013.

 

pierdiaconia

Donne-moi ton regard

 

Quand je regarde quelqu’un, Seigneur,

Donne-moi ton regard

Pour que je voie la personne,

Alors je pourrai la saluer.

 

Seigneur, apprends-moi à voir les richesses

Que tu as mises au cœur de l’autre

Pour que je l’aide à les mettre en valeur.

 

Seigneur, apprends-moi à écouter

Ce que mon frère me révèle de Toi.

 

 


donnez-en-ligne
adherez-en-ligne
contactez-nous

Les relations entre Pékin et Rome se tendent à nouveau

Tandis que l’administration des Affaires religieuses a annoncé son intention d’ordonner en 2015 des évêques sans le consentement du Vatican, comme le rapporte l’agence Asia News (en italien), le...

Les autorités ont-elles caché des sans abri pendant la visite du pape ?

C’est la question que pose CNN (en anglais), qui rapporte que des élus philippins ont demandé une enquête. Le gouvernement est en effet accusé d’avoir utilisé des fonds publics pour « cacher » des...

On n’a pas tout essayé contre le chômage

Le titre de Benoît Fidelin, rédacteur en chef à Pèlerin, prend, à dessein, l’exact contre-pied d’une phrase prononcée par François Mitterrand le 14 juillet 1993, pour justifier son incapacité à enrayer le flot des inscriptions à ce que l’on appelait alors l’ANPE.

On n’a pas tout essayé contre le chômage

Le titre de Benoît Fidelin, rédacteur en chef à Pèlerin, prend, à dessein, l’exact contre-pied d’une phrase prononcée par François Mitterrand le 14 juillet 1993, pour justifier son incapacité à enrayer le flot des inscriptions à ce que l’on appelait alors l’ANPE.