Reconnaître, être reconnu, et après ?...

Relecture nationale, décembre 2010

Reconnaître, être reconnu, et après...? C'est le thème de l'enquête proposée aux équipes pour l'année 2010-2011. A partir des comptes-rendus qui nous sont remontés, le Groupe de Relecture Nationale propose un article qui parait dans le Courrier et dont nous livrons ici de larges extraits.

 

Le thème de cette année a été particulièrement bien accueilli : la reconnaissance est d'emblée reçue comme un thème très important qui rejoint la vie au plus profond et dans toutes ses dimensions. C'est un feu d'artifice, un foisonnement de témoignages qui sont offerts.

 

J'ai l'impression que les gens sont de plus en plus en demande de « reconnaissance » et ce, quel que soit les âges, les milieux ? Pourquoi ?

 

Ce dossier traite des points suivants :

  • la reconnaissance fonde le "vivre ensemble"
  • ne pas être reconnus : une souffrance
  • la reconnaissance est un moteur puissant qui oriente des choix, souvent tout au long de la vie. Avec des hauts et des bas ... et parfois une forme d'insatisfaction ...
  • la reconnaissance : une attitude qui reste à ajuster à la vérité.
  • être reconnu dans toute sa personne
  • et les « accidentés » de la vie ? Tous frères ?

 

Téléchargez le dossier complet

 


donnez-en-ligne
adherez-en-ligne
contactez-nous

Dieu est-il mort à Auschwitz ?

Il y a 70 ans, l’Armée rouge libérait le camp le plus emblématique de la barbarie nazie, découvrant l’horreur absolue. Depuis, la tragédie de la Shoah interroge la toute-puissance de...

"L'Inde sera freinée dans son développement tant qu'elle sera divisée religieusement", selon Obama

Mardi 27 janvier, à l'issue de sa visite de trois jours en Inde à l'occasion de la fête nationale du pays, le président américain Barack Obama a mis en garde le Premier ministre Narendra Modi...

On n’a pas tout essayé contre le chômage

Le titre de Benoît Fidelin, rédacteur en chef à Pèlerin, prend, à dessein, l’exact contre-pied d’une phrase prononcée par François Mitterrand le 14 juillet 1993, pour justifier son incapacité à enrayer le flot des inscriptions à ce que l’on appelait alors l’ANPE.

On n’a pas tout essayé contre le chômage

Le titre de Benoît Fidelin, rédacteur en chef à Pèlerin, prend, à dessein, l’exact contre-pied d’une phrase prononcée par François Mitterrand le 14 juillet 1993, pour justifier son incapacité à enrayer le flot des inscriptions à ce que l’on appelait alors l’ANPE.