Les migrations

Un vaste mouvement humain

 

« Les migrations modernes constituent le plus vaste mouvement humain de tous les temps.

 

Durant ces dernières décennies ce phénomène, qui touche 200 millions de personnes, s'est transformé en une réalité structurelle de la société contemporaine et constitue un problème toujours plus complexe, du point de vue social, culturel, politique, religieux, économique et pastoral.

 

L'Église a toujours contemplé dans les migrants l'image du Christ qui a dit : « J'étais étranger et vous m'avez accueilli » (Mt 25,35).

 

Pour elle, leurs difficultés sont donc chez les croyants une provocation à la foi et à l'amour, invités qu'ils sont à porter remède aux maux découlant des migrations et à découvrir en elles le dessein de Dieu, même quand elles sont le fruit d'évidentes injustices. [...]

Nous pouvons donc considérer le phénomène actuel des migrations comme un «signe des temps» particulièrement important, un défi à relever et à mettre en valeur en vue de la construction d'une humanité renouvelée et de l'annonce de l'Évangile de la paix. (Extraits de Instruction Erga migrantes caritas Christi).

 

La migration est souvent présente dans les médias sous son aspect humanitaire : des personnes qui choisissent de traverser des déserts, des fleuves et des mers au risque de leur vie, des personnes qui se font jeter par-dessus bord ou qui se noient parce que parties dans des embarcations trop peu fiables; les « petits » qui vivent des situations héroïques pour subvenir aux besoins de leur famille.

Ces images nous touchent et font appel à la solidarité. Il reste néanmoins évident que la migration n'est pas d'abord un défi humanitaire, mais plutôt un défi d'ordre organisationnel et structurel ; un défi d'ordre politique et sociétal. Si la migration prend des allures d'urgences humanitaires, cela est souvent dû au manque de volonté politique d'intervenir avant les faits (agir sur les causes) et à l'absence d'une gouvernance internationale, voire même globale en cette matière (agir sur les mouvements et les conséquences).

 

Les migrations ne sont pas non plus un problème européen mais un défi global. Les paramètres de la migration appartiennent au processus global et il est regrettable que la lecture de ces mouvements reste trop liée aux concepts nationaux et de protection nationale et régionale. [...] La migration nous invite à redécouvrir nos propres propos de démocratie et de valeurs morales ; à nous questionner sur la traduction quotidienne de notre foi ; à développer les pistes qui doivent mener l'humanité entière vers un monde meilleur. La mobilité humaine n'est pas un des fléaux de l'apocalypse : elle est l'histoire de gens comme vous et moi qui cherchons à bâtir pour nous-mêmes et pour les autres un avenir meilleur; elle est l'histoire d'une humanité qui se cherche. La mobilité humaine nous appelle à une mobilité de l'esprit. » (J.Ketelers Secrétaire Général de la Commission Catholique Internationale pour les Migrations. Extrait de son intervention à Malte, octobre 2008.

 

La XIIème assemblée générale du MIAMSI (1) en octobre 2008 à Malte intitulée « Les migrations, une chance pour construire des ponts » nous invitait à discerner quels regards, quelles attitudes adopter vis-à-vis des personnes concernées par les migrations, à rejoindre, proposer des actions individuelles ou collectives susceptibles de favoriser la construction de ponts dans le domaine familial, culturel, religieux, sociétal. Les participants ont découvert qu'elles sont aussi une chance pour construire une société diversifiée, pluriculturelle, multi religieuse et plus tolérante.

 

Nous sommes appelés à un changement de mentalité et d'attitude pour être des femmes et des hommes plus complets et ouverts à la richesse de la diversité, à dépasser nos peurs, à nous engager dans tous les lieux où nous avons influence et pouvoir.

 

Ce dossier peut être un compagnon de route dans cette démarche.


Le Comité de rédaction

Dossier du Courrier n° 151

Juin - juillet - août 2009

 

(1) Miamsi : ensemble des mouvements ACI du monde

 


donnez-en-ligne
adherez-en-ligne
contactez-nous

Andrea Riccardi : « Sauver les chrétiens, c’est sauver une civilisation du vivre-ensemble »

Entre 150 millions – selon l’association protestante Portes Ouvertes – et 200 millions de chrétiens – selon l’Aide à l’Église en détresse – seraient « persécutés » dans le monde.

Le Livre noir de la condition des chrétiens dans le monde qui paraît jeudi 23 octobre fait le point sur ces violences et ces discriminations.

Pour l’historien Andrea Riccardi, fondateur de la Communauté de Sant’Egidio et codirecteur de l’ouvrage, leur « nouveauté » tient à leur extension dans un nombre croissant de pays.

Un coup de projecteur inédit sur les discriminations contre les chrétiens dans le monde

« Le livre noir de la condition des chrétiens dans le monde » dresse le bilan, pays par pays, des persécutions que subissent les chrétiens, qui sont « aux premières lignes des victimes ».

Au Pakistan, les soutiens à Asia Bibi ne faiblissent pas

Alors que la Haute Cour de Lahore, au Pakistan, a confirmé la semaine dernière la condamnation à mort d'Asia Bibi, accusée de blasphème envers Mahomet, des responsables catholiques annoncent leur...

Après le synode, le pape au pied du mur

Après le synode, le pape François se retrouve plus que jamais sous pression. Pression idéologique, d’abord : les conservateurs ont beau jeu de se gausser des médias qui veulent, jusqu’à...

Révolution dans l’Église ?

Mesure-t-on suffisamment le changement insufflé dans l’Église par le pape François ? Sans doute pas encore, selon Anne Ponce, directrice de Pèlerin.

Révolution dans l’Église ?

Mesure-t-on suffisamment le changement insufflé dans l’Église par le pape François ? Sans doute pas encore, selon Anne Ponce, directrice de Pèlerin.