L’Homme et l’entreprise

L'Homme et l'entreprise, et si on en parlait ?

 

Le monde de l'entreprise évolue à grande vitesse. Il vit au rythme des mutations que le monde lui donne à vivre.

 

Le travail, surtout à l'intérieur des systèmes économiques des pays les plus développés, traverse une phase qui marque le passage d'une économie de type industriel à une économie essentiellement centrée sur les services et sur l'innovation technologique.

 

Grâce aux innovations technologiques, de nouvelles professions font jour tandis que d'autres disparaissent.

 

« Dans cette phase de transition, on assiste à un passage du secteur de l'industrie à celui des services. Tandis que le modèle économique et social lié à la grande entreprise et au travail d'une classe ouvrière homogène perd du terrain, on constate une amélioration des perspectives d'emploi dans le tertiaire et, en particulier, une augmentation des activités dans le secteur des services rendus aux personnes.» (Doctrine sociale de l'Eglise, n.313).

 

Néanmoins, la crise que nous vivons depuis plusieurs mois explique sans doute le niveau d'inquiétude des salariés français, notamment si on les compare à leurs homologues européens, et ce, indépendamment de la réalité économique.

La crise a engendré une mutation profonde qui ne concerne pas que les marchés financiers ou les habitudes de consommation. Elle a remis en question les modes de pilotage du 20ème siècle. Bien des signes laissaient présager, dès avant 2007, qu'il était temps de repenser la gestion du capital humain et de redéfinir le rôle des managers. Elaboré à l'automne 2009 par des chefs d'entreprise et pour les chefs d'entreprise, le rapport « La place de l'Homme dans l'entreprise » propose des pistes de réflexion pour les aider à construire le management du 21ème siècle.

 

Les conditions physiques de travail s'améliorent dans les entreprises. Les accidents connaissent une diminution régulière depuis de nombreuses années. Pourtant la plainte des salariés ne s'atténue pas. Elle exprime désormais la pression, la tension, la surcharge de travail ou des conflits non résolus qui s'enveniment... et peuvent conduire, à terme, à une véritable rupture avec l'entreprise. Bien plus, le management intermédiaire lui-même se sent concerné. Les cadres prennent de la distance par rapport à l'entreprise. Les jeunes risquent de devenir ou de réagir comme des « mercenaires »...

 

Dans ce contexte, les entreprises ont plus que jamais besoin de changer, de se transformer, de s'adapter à leurs marchés pour tout simplement continuer à exister. Les salariés eux-mêmes ont changé : mieux formés, plus lucides et impliqués dans leur travail, comme leurs managers ils sont ballotés par des décisions stratégiques dont ils ne comprennent pas tous le bien-fondé. Une approche globale et systémique de l'entreprise montre que toutes les fonctions sont étroitement dépendantes les unes des autres, que le produit de l'entreprise est le fruit de la collectivité et non pas de l'individu.

 

Tout cela appelle une nouvelle forme de relation entre les salariés et leurs entreprises. Cela interpelle toutes les fonctions du management : Comment communiquer ? Comment manager ? Comment associer les personnes aux changements et aux transformations de l'entreprise ? Comment l'entreprise vit-elle les changements qui lui sont imposés ? Quelle place donne-t-elle à l'homme dans toutes ces mutations ?

 

Plusieurs études montrent que certaines entreprises parviennent à associer les réorganisations gestionnaires avec le développement des compétences des salariés et la participation effective de ces derniers au changement.

 

Même si des mutations se vivent et que des contraintes économiques s'imposent à nous, il nous reste un degré de liberté pour agir selon nos convictions. Comment pouvons-nous vivre notre vie de chrétien à l'extérieur comme à l'intérieur de l'entreprise ?

 

Nous vous proposons dans ce dossier, de regarder comment la place de l'homme dans l'entreprise est prise en compte, mise à l'épreuve, mise au centre autour de 7 thématiques/contractions différentes.

 

Le Comité de rédaction

Dossier du Courrier n° 155

juin – juillet - août 2010

 


donnez-en-ligne
adherez-en-ligne
contactez-nous

Le P. Auguste Arribat, un modèle de spiritualité salésienne

Le pape François a autorisé, mercredi 9 juillet, la reconnaissance des vertus héroïques au P. Auguste Arribat (1879-1963).

Une décision qui permet aux salésiens de redécouvrir ce prêtre français, qui a notamment caché familles et enfants juifs sous l’occupation, et était surnommé « le saint de la vallée » par ses paroissiens.

Femmes évêques, est-ce la solution ?

Le 14 juillet, il y eut les feux d'artifice partout en France et... une mini-bombe en Angleterre : en votant, pour l'ordination de femmes évêques, le synode de l'Église d'Angleterre réuni à York, a...

Le rideau tombe sur Mossoul

Les derniers chrétiens de Mossoul, en Irak, sont en train de quitter la ville. En quelques heures ce jeudi 17 juillet, la situation de la petite communauté chrétienne de Mossoul s'est...

Désir de mer, soif de Dieu

Cette semaine, Catherine Lalanne, rédactrice en chef à Pèlerin, largue les amarres. Et vous invite à vous évader avec elle. Direction : la Bretagne et ses "pardons".

Désir de mer, soif de Dieu

Cette semaine, Catherine Lalanne, rédactrice en chef à Pèlerin, largue les amarres. Et vous invite à vous évader avec elle. Direction : la Bretagne et ses "pardons".