Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Chemins de paix, de fraternité et d'alliance

L’ACI a choisi, en 2013, de lancer ses membres à la recherche des chemins de paix, de justice, de fraternité et d’alliance, vécus dans nos milieux, afin qu’en ayant discerné ensemble la bonne nouvelle qu’ils exprimaient, nous puissions en être les témoins aujourd’hui, et inviter chacun à promouvoir cette humanité-là.

Nous avons exploré divers secteurs de nos vies, et nous avons redonnons ici quelques éléments marquants de notre enquête. Ils concernent la famille, l’entreprise, le monde de l’enseignement, les exclus, le logement, etc…

 

Famille

« Va d’abord te réconcilier avec ton frère ». La famille est souvent le lieu de souffrances dues aux ruptures. Les questions d’argent et d’héritage, les nœuds familiaux, les silences, les non-dits, les conflits en sont des causes importantes. Nous en avons parlé et l’enquête a touché ces failles. Cela a permis soit de déclencher des chemins de réconciliation entre proches, soit de les relire et de leur donner du poids.

 

Mariage pour tous

Nous nous sommes remis en question à l’occasion du débat sur le mariage pour tous. Notre position sur ce sujet est souvent liée à la présence ou non de  personnes homosexuelles dans notre entourage. Ce débat a été l’occasion de dire des malaises vécus ou ressentis, et des ouvertures se sont exprimées, des nœuds se sont défaits. Nous avançons sur le chemin du refus de l’homophobie et sur la reconnaissance du droit de s’aimer entre personnes de même sexe.

 

Transmettre

Les grands-parents cherchent la juste attitude pour la transmission de la foi. En effet, ils se heurtent souvent à l’indifférence voire l’hostilité de leurs enfants. Cependant, ils ne baissent pas les bras et cherchent avec patience, persévérance et créativité les moyens de témoigner auprès de leurs petits-enfants sans créer de tensions avec les parents, ce qui est particulièrement délicat lors des grandes fêtes religieuses qui sont aussi des temps forts pour les familles.

Pauvreté

Diaconia nous a permis de lever le voile sur la pauvreté, la misère, la fragilité humaine. Nous avons souvent un sentiment d’impuissance dû à l’ampleur des problèmes, mais aussi à leur méconnaissance dans un milieu qui n’était pas trop touché jusque-là. Et pourtant, des initiatives individuelles ou collectives marquent nos esprits par leurs effets sur les aidés (personnes pauvres, handicapées, prisonnières, migrantes, ou âgées) mais aussi sur les aidants. « Donner et recevoir » constitue une transformation pour nous et pour tout notre milieu. Le message de Diaconia : « Nul n’est trop pauvre pour n’avoir rien à partager », nous ouvre des chemins nouveaux. Les participants à la rencontre de Lourdes sont revenus joyeux et désireux de témoigner de ce qu’ils y ont vécu, et des rencontres avec les plus pauvres qui les ont marqués.

Logement

Nous avons reconnu les fruits des initiatives de solidarité pour le logement auxquelles nous participons. Le logement est un domaine privilégié dans lequel certains parmi nous agissent avec d’autres pour le vivre ensemble. Nous avons été témoins d’une recherche de  cohérence entre nos réflexes de milieu indépendant et notre volonté de vivre l’Evangile dans les actes : être attentifs à ses voisins, louer à des familles dans le besoin, reconnaître les actes de solidarité. La prise de risque (qu’en dira-t-on, perte financière, mixité) reste encore souvent un frein.

Travail

Des professionnels ont témoigné qu’ils cherchent à vivre le lieu du travail comme un lieu d’épanouissement pour tous. Dans l’entreprise, les cadres se sentent isolés face aux décisions financières prises par des décideurs lointains. Beaucoup vivent des situations difficiles, tendues, conflictuelles. Ils refusent pourtant de baisser les bras devant la détérioration des conditions de travail et la fragilisation des personnes, et cherchent les moyens d’exercer leur responsabilité professionnelle dans un sens qui favorise la paix, la solidarité et le respect des personnes.

En conclusion

Nos milieux indépendants se sentent bousculés par les mutations sociales et économiques actuelles. Nous avons vu qu’au cœur des évènements, les chemins des chemins de paix et d’espérance ne sont ni faciles à trouver, ni clairement tracés. En équipe, la confiance réciproque et la liberté de parole nous ont permis de relire et de donner du poids à ces chemins vécus avec les autres, chemins marqués par une présence à l’autre, aimante et agissante. Nous poursuivons nos routes avec cette question : « avec qui et jusqu’où je fais alliance ? ».

 

Télécharger le texte en PDF